Taxe GAFA

Il est vrai qu’on entend souvent parler du dropshipping comme la poule aux œufs d’or. Aussi, que c’est une solution facile et rapide pour se faire beaucoup d’argent voire même faire fortune dans le e-commerce ! Cependant, lorsqu’on se penche un peu plus en détail sur le sujet on s’aperçoit rapidement que la réalité est très différente et que ce n’est pas le commerce en ligne le plus rentable. Ainsi, c’est ce que je vais vous expliquer dans cet article.

Voici le sommaire de cet article :

Qu’est-ce-que le dropshipping ?

Tout d’abord, vous avez trois acteurs clés dans la chaîne du business de la vente de marchandises : le vendeur, le fournisseur (ou le grossiste) et le client final.

Premièrement, dans un schéma de commerce classique, le vendeur achète à des fournisseurs ou à des grossistes la marchandise qu’il souhaite proposer à la vente. Ensuite, le vendeur met en vente ses produits sur les différentes marketplaces à sa disposition comme Ebay, Cdiscount et Amazon. Ou bien encore, sur sa propre boutique en ligne. Le client intéressé par le produit peut alors l’acheter. Le vendeur est en charge de la logistique et envoie le produit commandé au client.

Le dropshipping est différent du commerce traditionnel. Le déroulement est inversé entre les trois acteurs. En effet, le vendeur ne gère en aucun cas ses stocks. Pourquoi ? Car, les produits proposés par le vendeur ne sont commandés au fournisseur dropshipping qu’une fois la vente effectuée. De plus, c’est les fournisseurs eux-mêmes qui s’occupent de la livraison de la marchandise.

Effectivement, le concept fait rêver. Si vous regardez la définition dans Wikipedia, vous retrouvez l’expression « vendre ce que l’on ne possède pas ». Plutôt tentant non ?

sièges sociaux

La stratégie combinée d’Aliexpress, Facebook et Shopify

Ensuite, tous les « pseudos » formateurs qui se disent spécialistes dans le dropshipping, promettent monts et merveilles. En effet, ils expliquent que la stratégie combinée Aliexpress (groupe Alibaba), Facebook et Shopify est la recette magique pour s’enrichir.  C’est-à-dire, que selon eux, le drop shipping permet de mettre en place une vente en ligne sans frais et un commerce rentable. De même, ils avancent comme argument la simplicité puisque la livraison directe par le fournisseur te permet de faire l’impasse sur la gestion des stocks et te dispense d’avoir un entrepôt.

Comme si, grâce à Aliexpress, Facebook et Shopify tu allais avoir un business clé en main et que tout peut fonctionner tout seul.

chiffre d'affaire

Les 7 problématiques du dropshipping qui restent dans l’ombre

La difficulté de créer un site qui convertit dans le dropshipping

Tout d’abord, ce n’est pas tout d’avoir une boutique e-commerce. Certes, avec Shopify, la création de sites e-marchands est simple et rapide. Mais, faut-il encore que le taux de conversion soit satisfaisant. Il faut savoir que la moyenne des sites internet de ventes en ligne ont un taux de 1 à 2 % de conversions. Aussi, ces résultats sont insuffisants pour absorber les frais annexes comme la publicité Facebook qui ne cessent d’augmenter.

Pour créer un site qui génère du trafic et qui convertit cela ne s’improvise pas. C’est très compliqué et des connaissances dans le domaine sont indispensables pour y arriver.

L’importance de maitriser le SEO

Aussi, on en vient à la deuxième problématique qui est la connaissance du SEO.

Le SEO (search engine optimization) est une technique qui permet d’optimiser la visibilité d’une page web sur la page de résultats des moteurs de recherche. Il permet d’accroître le référencement naturel et ainsi d’augmenter le trafic naturel sur son site internet. Car, oui la publicité c’est bien pour se faire connaître, mais sur le long terme le référencement naturel est inévitable si l’on veut gagner un bon positionnement dans les résultats de recherche.

Cependant, les techniques du SEO sont multiples et complexes. En effet, elles requièrent des connaissances qui ne s’inventent pas. C’est un métier à part entière que la plupart des formateurs en dropshipping ne maitrise pas.

 

taxe GAFA

Avec le dropshipping la publicité est obligatoire

Puis, le dropshipping n’est pas viable sans publicité. En effet, pour se faire connaître les vendeurs sont obligés de passer par un intermédiaire. Et, la publicité coûte cher sur le long terme.

Par exemple, mes frais ont augmenté de plus de 50% en 2019 par rapport à 2018.

Le dropshipping ne permet pas de contrĂ´ler son business

Ensuite, lorsqu’on développe sa boutique de vente en ligne avec le modèle dropshipping on est dépendant des autres. En effet, sans la publicité ou autres influenceurs il n’y a pas de business.

La notion de contrôle est très importante car sans cela tu n’as pas véritablement de business. Ainsi, je conseillerai toujours de maîtriser le maximum de choses et surtout de créer un actif que tu pourras revendre.

Or, monter un site en dropshipping et apporter du trafic avec de la publicité ou un influenceur ne vaut rien du tout !

Avoir des connaissances dans la gestion des publicités

Aussi, il ne suffit pas de faire de la publicité pour de la publicité. La gestion de la pub est également un métier à part entière comme nous l’avons vu plus haut avec le SEO. En effet, il faut savoir faire les bons ciblages nécessaires, et maîtriser les coûts pour que cela soit rentable. Ainsi, mettre en place une vraie stratégie marketing. Les frais publicitaires explosent sur Facebook. Pour exemple, dans mon cas j’ai dépensé énormément en pub Facebook en 2019. Cela représente le double de mon budget marketing publicité par rapport à l’année dernière.

impĂ´ts

Le dropshipping n’exclue pas la problématique du SAV

Ensuite, le dropshipping n’exclue pas les problématiques qui sont liées au SAV. Les fournisseurs de produits envoient directement la marchandise au client mais comment cela se passe-t-il lorsque ce dernier n’est pas satisfait ?

Comme toute activité de business en ligne, le client bénéficie d’un droit de rétractation de 14 jours. Cependant, comme la plupart des fournisseurs sont localisés en Chine, il n’est pas judicieux de demander au client de renvoyer le produit aux fournisseurs à l’étranger.  En effet, cela n’est pas forcément bon pour l’expérience client.

C’est donc le e-commerçant qui réceptionne les retours produits et qui se retrouve de ce fait à faire de la logistique et à avoir un stock. Ainsi, il doit gérer la remise en vente sur son site et les envois. A moins qu’il ait négocié des conditions de retour exceptionnelles avec les fournisseurs dropshipping.

La difficulté de dégager des marges en France

Enfin, le dropshipping français n’est pas un business rentable car il est quasiment impossible de dégager des marges lorsque sa société est localisée en France du fait des différentes taxes à reverser.  En effet, dans mon entourage j’ai contacté une dizaine de personnes qui utilise le modèle de commerce dropshipping et ils m’ont tous reporté le même constat : il est impossible de réussir dans le dropshipping avec une société française. D’ailleurs, il ne faut pas s’étonner de voir que tous les formateurs dans ce domaine sont installés à l’étranger…

Les 3 grands gagnants du dropshipping

Le journal Le Monde a rédigé récemment un article à charge sur le dropshipping. Aussi, tu trouveras mon analyse complète sur cet article dans la vidéo qui se trouve à la fin de l’article. Ainsi, ils expliquent en quelques mots qu’il existe 3 grands gagnants dans ce domaine et je partage cet avis.

Shopify : un site clé en main

Shopify est la solution ecommerce clé en main la plus répandue pour ouvrir une boutique en ligne. Cette marketplace permet aux e-commerçants de faire la création de boutique en ligne sans avoir de connaissance dans la création de site internet.  En effet, comme un website templates, il y a de nombreux choix de modèles tout fait. Et, si la charte graphique ne vous plait pas vous avez la possibilité de créer et personnaliser votre site, moyennant un coût supplémentaire bien entendu !

Aussi, le service n’est pas gratuit ! En effet, les utilisateurs sont redevables d’un abonnement mensuel et beaucoup de fonctionnalités ne sont pas comprises dans les forfaits. Ainsi, Shopify fait son chiffre d’affaires sur le dos des dropshippers.

Même si, la solution clé en main paraît avantageuse il ne faut pas oublier que cela ne suffit pas pour convertir et que comme vu plus haut il est important de maîtriser le SEO.

impĂ´ts

Facebook

Ensuite, une fois que le site est lancé il faut développer le commerce. Pour cela, il faut utiliser des leviers tel que Facebook. Aussi, comme l’utilisation de la publicité via Facebook est de plus en plus demandée, ce dernier n’hésite pas à augmenter ces tarifs. De ce fait, les budgets publicitaires peuvent vite s’enflammer et être responsable de la chute de votre e-business. Encore une fois, la gestion de la pub et de ses coûts est un vrai métier.

Les formateurs

Enfin, les formateurs qui prônent le dropshipping sont les grands vainqueurs de ce système. Ils prêchent la bonne parole et donne des conseils dans leurs programmes de formation à 1000€. Cependant, ils n’apportent pas de preuves quant à leurs réussites. Surtout, n’oublions pas qu’ils sont quasiment tous basés à l’étranger et qu’ils ne bénéficient pas de la même fiscalité (notamment concernant la TVA) que les petits entrepreneurs français à qui ils vendent leurs formations.

impĂ´ts

En conclusion, le dropshipping n’est pas l’activité la plus rentable. Ce business model peut fonctionner mais avec une stratégie de marque proche de la vente sur Amazon. La plupart des dropshippers de mon entourage qui ont réussi ont des marques et du stock dans des produits de niche. Dans ce cas-là, autant vendre des produits sur Amazon.

Voici dans cette vidéo Youtube mon analyse sur l’article publié par Le Monde.